Là où chantent les écrevisses – Délia OWENS

26 novembre 2020

1952 : Kia vit avec sa famille dans une cabane sans confort au cœur d’un marais côtier de Caroline du Nord aux Etats-Unis, jusqu’à ce qu’à l’âge de 6 ans, la mère les abandonne sans se retourner, suivie de près par les frères et sœurs de Kia.
Ils fuient tous la violence du père, qui lui-même finira par la quitter définitivement, la laissant à peine âgée de 10 ans.
Elle vit là comme une sauvageonne au cœur d’une nature qu’elle connaît parfaitement, vivant du troc de sa pêche, rusant pour échapper aux services sociaux, et préférant la compagnie des goélands et des hérons à celle des habitants de la petite ville côtière de Barkley Cove. Seuls, Jumping un vieux noir bienveillant et Tate un adolescent timide qui lui apprendra à lire, lui témoignent de l’affection.
Parallèlement, on suit l’enquête, en 1969, sur la mort du jeune et beau Chase, retrouvé mort dans le marais, et qui un temps courtisa Kia.
Les deux récits s’entremêlent avec virtuosité, ce roman est un véritable hymne à la Nature, à la liberté, à la force que chacun a en soi.
Une écriture riche et précise, un grand roman !


Il est des hommes qui se perdront toujours – Rébecca LIGHIERI

16 octobre 2020

Ce roman social très sombre nous plonge dans la cité fictive Antonin Artaud dans les quartiers nord de Marseille entre les années 80 et 2000.
Le narrateur Karel y vit avec sa famille, ses parents paumés et drogués, sa sœur et son petit frère infirme martyrisé par le père.
Leur enfance est abominable et c’est dans un camp de gitans sédentarisés voisin de la cité que les 3 enfants vont trouver un peu d’amour et de fraternité.
Le roman s’ouvre sur la mort du père.
Qui a tué ce monstre ?
Se remet-on jamais d’une enfance brisée…
Un roman coup de poing qui se lit d’une traite.


Cet amour – Yasmine KHLAT

16 octobre 2020

Irène est une femme d’une cinquantaine d’années, clouée dans son appartement parisien par ses TOC ( troubles obsessionnels compulsifs).
Un soir de détresse, au bord du suicide, elle appelle un psychiatre dont elle a apprécié la voix à la radio.
Un dialogue s’engage dans la nuit entre cette femme désespérée et le médecin.
L’ambiance est feutrée, intime, plus rien n’existe que cette bulle d’humanité, pleine de douceur et de poésie.
Mais le psychiatre est d’origine israelienne et elle, est libanaise. Le dialogue entre eux est interdit par la loi libanaise.
Pourront-ils dépasser cet interdit et confronter leurs fêlures intimes…


Lectures pour les vacances d’été…

24 juin 2020

Après une période bien mouvementée, voici du temps pour lire, se ressourcer et faire provision d’énergie
Alors quoi de mieux pour s’évader ?

Envie de frissonner ?

Envie de bienveillance et d’amour ?

Passion des sujets d’actualité ?


À la recherche d’Alice Love – Liane MORIARTY

29 avril 2020

livre-a-la-recherche-d-alice-love-moriarty

Alice a 39 ans quand elle chute sur la tête à la salle de sports, mais quand elle reprend conscience elle est persuadée d’en avoir 29 et d’être enceinte de son premier enfant.
Elle a tout oublié des 10 ans qui viennent de s’écouler, est mère de 3 enfants dont elle ignore tout, est toujours follement amoureuse de l’homme dont elle est en train de divorcer…
Elle ne se retrouve pas dans la femme qu’elle est devenue, si différente de la jeune femme qu’elle était.
Au fil du temps, elle va tisser des liens entre des bribes de souvenirs et essayer de comprendre comment on peut se perdre en chemin.
Une comédie douce-amère, légère et facile à lire, tout en posant quelques questions universelles.


Surface – Olivier NOREK

30 mars 2020
livre-surface-olivier-norek

Après avoir reçu une balle en plein visage lors d’une intervention, le capitaine de police Noémie Chastain, défigurée, part exercer son métier en Aveyron pour se reconstruire physiquement et moralement, et surtout parce que sa hiérarchie désire l’éloigner de Paris et du prestigieux 36.

Or, de façon inattendue, le petit commissariat tranquille de Decazeville va voir ressurgir un « cold case » autour d’un village englouti.

Ce roman policier est une vraie réussite, pas de temps mort, le rythme est soutenu, haletant, les personnages sont fouillés, avec notamment un beau portrait de cette femme marquée dans sa chair et son cœur.
Olivier Norek a été policier lui-même, sa maîtrise du déroulé d’une enquête est magistrale!


City of windows – Robert POBI

30 mars 2020

City of windows - Robert POBILucas Page a été agent du FBI jusqu’à ce qu’une intervention le laisse amputé d’un œil, d’un bras et d’une jambe, et depuis, c’est équipé de prothèses qu’il enseigne l’astrophysique à l’université.

Ses capacités intellectuelles hors- normes, il est probablement autiste Asperger, vont l’amener à reprendre du service.
En effet, il a la capacité de transformer toute scène qu’il analyse en équations et rapports mathématiques, ce qui sera précieux au FBI dans sa traque d’un sniper qui terrorise New York en tirant sur des policiers depuis les toits des gratte-ciel.
Cette course contre la montre va se jouer dans une tempête de neige d’une exceptionnelle intensité.

Ce thriller très réussi est aussi un plaidoyer contre les suprémacistes blancs et la NRA, puissant lobby des armes à feu aux États-Unis.


Ce que je suis – Olivier DORCHAMPS

21 janvier 2020

livre-ce-que-je-suis-Dorchamps

Marwan, professeur d’histoire-géo en banlieue parisienne, est issu d’une famille d’origine marocaine qu’il connait assez peu .
Aussi, lorsque son père, garagiste à Clichy,  décède brutalement, il est très surpris d’apprendre que celui-ci désire reposer à Casablanca, et qu’il l’a désigné, lui Marwan le fils ainé, pour accompagner son cercueil en avion, tandis que le reste de la famille suivra en voiture.
Il va ainsi aller à la découverte du pays de ses ancêtres, et surtout de l’histoire de ses grands-parents et parents, et des lourds secrets qui ont orienté leur destin.
Il va vivre une sorte de voyage initiatique qui va lui ouvrir les yeux.

Un premier roman très touchant sur la question de l’identité des enfants d’origine étrangère, nés et élevés en France, et finalement très étrangers à la culture d’origine de leurs parents.


Les guerres intérieures – Valérie TONG CUONG

21 janvier 2020

livre-les-guerres-interieures-V-Tong-Cuong

Pax est un comédien sans grand succès, aussi lorsque son agent l’appelle pour lui proposer un rendez-vous avec un grand réalisateur, il voit là l’espoir de voir sa carrière décoller.
Pressé d’aller rencontrer ce cinéaste, il se persuade que les bruits de lutte qu’il entend dans l’appartement au-dessus du sien  sont sans importance, sans doute des meubles que l’on déplace…
Mais lorsque plus tard il apprend que son jeune voisin a été sauvagement agressé, il culpabilise.
Comment vivre avec le remord?
Si il avait été moins lâche, aurait-il pu sauver Alexis?

Un an plus tard, la rencontre avec la mère d’Alexis réactive son sentiment de culpabilité. Comment admettre sa propre lâcheté et ses conséquences?


Tout le bleu du ciel – Melissa Da Costa

9 octobre 2019

livre-tout-le-bleu-du-ciel-da-costaÉmile a 26 ans et il vient d’apprendre qu’il est atteint d’un Alzheimer précoce avec une espérance de vie d’environ 2 ans. Il refuse alors de médicaliser sa fin de vie et publie une petite annonce pour trouver un compagnon pour l’accompagner pour un périple en camping-car.
C’est Johanne, une jeune femme silencieuse, sans doute blessée par la vie, qui répond.
Ce voyage qu’ils entreprennent va être très riche en émotions, en découverte de somptueux paysages, en rencontres fortes, et dans le territoire de cette inconnue qu’est la maladie d’Alzheimer.
Ce premier roman est bouleversant.


Ceux qui partent – Jeanne BENAMEUR

9 octobre 2019

livre-ceux-qui-partent-benameurJeanne Benameur nous raconte les destins croisés d’une poignée de migrants à Ellis Island en 1910 au moment de leur arrivée et de leur première nuit passée sur l’île.
Un jour, une nuit…Le temps pour ceux qui ont tout quitté de passer les contrôles avec le risque d’être rejetés…Ils vivent un moment charnière, pleins d’angoisse. « Chacun se blottit dans sa langue maternelle comme dans le premier vêtement du monde. »
Une écriture lumineuse, très poétique, sensuelle parfois, pleine d’émotion pour donner vie à Esther l’arménienne qui a vu tous les siens massacrés, à Emilia et son père Donato qui fuient la douleur d’un deuil en Italie, à Gabor le gitan, à Andrew descendant de migrants islandais…
Un roman aux résonnances très actuelles.


Les gratitudes – Delphine de VIGAN

10 avril 2019

livre-Les-gratitudes-de-viganC’est un sujet grave que Delphine de Vigan aborde dans ce roman à travers l’histoire de Michka, vieille dame qui ne peut plus rester seule chez elle, qui peu à peu perd la mémoire des mots, et doit être placée en EHPAD.

On suit Michka au travers des voix de Marie, une jeune voisine dont elle s’est beaucoup occupée, et de Jérôme, l’orthophoniste qui la suit avec beaucoup de tendresse et de bienveillance.

Tous les deux vont l’accompagner dans ce dernier voyage en écoutant tous ses mots, même ceux qu’elle crée, qu’elle déforme, qu’elle poétise…

Ce roman est aussi un rappel à la gratitude, à la nécessité, au besoin vital de savoir dire merci.

Un roman bouleversant sur la fin de vie.


Ma dévotion – Julia KERNINON

10 avril 2019

livre-ma-devotion-kerninonHelen, 72 ans, croise par hasard Franck dans une rue de Londres.

Deux décennies se sont écoulées depuis le tragique événement qui les a séparés.

Alors Helen va profiter de cette rencontre due au hasard pour se lancer dans un long monologue et dire à Franck les sentiments qu’elle lui porte depuis qu’ils se sont rencontrés à l’âge de 12 ans.

Elle revient sur leur vie : Elle, critique littéraire entièrement dévouée au grand peintre qu’il fut, et lui, artiste égocentrique, solaire et talentueux.

Elle raconte le drôle de couple amis/amants qu’ils formèrent, totalement déséquilibré, puisque toujours elle oublia sa propre vie pour cet homme sans reconnaissance.

Un très joli roman doux/amer.


Le malheur du bas – Inès BAYARD

13 février 2019

livre-le-malheur-du-bas-I-bayard

Marie est mariée à Laurent avec qui elle forme un couple de trentenaires heureux. Bonne situation professionnelle, désir d’enfant….Jusqu’au jour où tout bascule.

Sauvagement violée par son patron, enceinte sans savoir qui est le père de son enfant, Marie sombre. Elle fait le choix (est-ce vraiment un choix ?) du silence, et elle s’enfonce peu à peu jusqu’à la folie.

Ce roman difficile, parfois insoutenable, dont on connaît l’issue dès le premier chapitre, est un véritable coup de poing.

Il est bouleversant autant que nécessaire.


Les heures silencieuses – Gaëlle JOSSE

13 février 2019

livre-les-heures-silencieuses-g-josse

Ce roman est le magnifique portrait d’une femme, Magdalena, bourgeoise éduquée du XIIème siècle néerlandais.

Par le biais de son journal intime, nous découvrons son quotidien, ses pensées, ses regrets et ses renoncements. Elle nous livre aussi son amertume, celle de ne pas avoir pu assurer la succession de son père à la tête de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, rôle impensable pour une femme de cette époque-là.

Les phrases de Gaëlle Josse touchent à l’universel, tant les questionnements et la fragilité de Magda font écho aux nôtres.

Un très joli roman empreint d’une douce mélancolie.