Connemara – Nicolas MATHIEU

18 mai 2022

Nicolas Mathieu explore dans ce roman la crise de la quarantaine d’Hélène et Christophe en l’éclairant des séquelles de leurs blessures adolescentes.
Ils se sont connus il y a longtemps dans cette France périphérique du Grand Est. Lui, à l’époque star locale de l’équipe de hockey sur glace et idole des lycéennes, n’a jamais quitté la région et est représentant en croquettes pour
chiens, et elle, bonne élève qui a réussi à s’extraire de sa région grâce aux études et à beau parcours professionnel.
Que sont-ils devenus ? Ont-ils réussi leur vie ?
Réussite sociale pour elle, assurément. Mais se défait-on jamais de ses racines, de son milieu d’origine ?
Un roman d’une grande finesse, avec une petite mélodie de Sardou en toile de fond.


Médée chérie – Yasmine CHAMI et Dans sa chair – Yasmine CHAMI

20 avril 2022

Yasmine Chami a écrit deux romans qui se font écho autour de la séparation d’un couple.
Dans « Médée chérie », nous découvrons Médée, sculpteuse mariée depuis 30 ans et mère de 3 grands enfants, abandonnée par Ismaël son mari dans un aéroport lors d’un transit, sans aucun mot ni signe avant-coureur, tandis que « Dans sa
chair » nous entraîne dans le sillon d’Ismaël.
Deux points de vue différents sur leur vie, leur amour, leur séparation…
Une écriture magnifique, exceptionnelle, au service de deux romans introspectifs qui touchent à tant de thèmes essentiels comme l’Art, l’Amour maternel, la puissance de vie qui aide à transcender les blessures…
Enorme coup de cœur !


Ainsi Berlin – Laurent PETITMANGIN

20 avril 2022

Dans le Berlin de l’immédiate après-guerre, Gerd, jeune cadre du parti communiste, est tiraillé entre deux femmes :
Käthe est une jeune cadre communiste comme lui, rencontrée pendant la guerre, rigide et très engagée.
Liz est une jeune femme américaine, veuve de guerre, vive et pétillante.
Deux femmes pour illustrer Berlin coupée en deux, d’abord par une simple ligne de peinture tracée au sol, puis par le mur.
Duel moral entre des convictions fortes, des idéaux politiques au nom desquels il a combattu le nazisme pendant la guerre et les dérives d’un système brutal et de plus en plus répressif, tandis qu’émerge à l’Ouest un
début de capitalisme.
Suspense romanesque et roman d’espionnage avec la guerre froide en toile de fond, plaisir de lire garanti !


La commode aux tiroirs de couleur – Olivia RUIZ

18 janvier 2022

A la mort de Rita, sa grand-mère, son Abuela chérie, sa petite-fille hérite de sa commode aux tiroirs secrets, dépositaires de l’histoire familiale.

Le temps d’une nuit, tiroir après tiroir, elle va replonger dans l’histoire de sa grand-mère, des années d’enfance et de la déchirure de l’exil pour fuir le franquisme, de la misère, de l’intégration difficile pour les émigrés espagnols, de la solidarité, de la transmission entre femmes fortes de génération en génération…

Olivia Ruiz s’est inspirée de son histoire familiale pour écrire ce joli roman au souffle de liberté !


Le pavillon des combattantes – Emma DONOGHUE

1 décembre 2021

Dublin, 1918. Julia est infirmière au sein d’une petite unité de maternité qui accueille les futures mamans souffrant de la grippe espagnole, et donc soumises à l’isolement.

Julia se démène pour assister ses patientes dans des conditions très rudimentaires en plein cœur de cette pandémie, assistée d’une jeune orpheline exploitée par un couvent voisin.

Le manque de moyens est cruel, et en ce début de 20ème siècle en Irlande, les conditions de vie sont terribles, entre misère, soumission des femmes à l’Eglise et à leur mari, ou blessures physiques ou psychologiques des soldats revenus traumatisés du front, à l’image du frère de Julia…
Un très beau roman.


Blizzard – Marie VINGTRAS

1 décembre 2021

Huis clos en Alaska.

En pleine tempête de neige, Bess a lâché la main de Tom, petit garçon dont elle avait la garde. Il a suffi d’un instant, le temps de refaire un lacet pour que l’enfant disparaisse dans le blizzard.
Commence alors une course folle contre la montre pour retrouver l’enfant.
Ils sont 4 à se lancer à sa poursuite, 4 destins cabossés par la vie, qui sont venus en Alaska pour fuir ou oublier…

De courts chapitres s’attachant à chacun d’entre eux, nous dévoilent peu à peu leurs parcours de vie, et quelles douleurs, bassesses ou grandeurs ils taisent. Un roman court et haletant.


Un tesson d’éternité – Valérie TONG CUONG

13 septembre 2021

Dans ce roman bouleversant de Valérie Tong Cuong, on assiste à l’implosion d’Anna, épouse et mère de famille heureuse, jusqu’à ce qu’un grain de sable, une injustice, conduise son fils Leo, 18 ans, devant la justice et en prison.

Anna voit peu à peu ressurgir son passé qu’elle avait enfoui, et la vie qu’elle s’était construite s’écroule brutalement, entraînant tout, vie sociale, mariage…

Anna est submergée par sa souffrance de mère qui fait écho à sa souffrance passée et la ravive. Un bouleversant portrait de femme.


Premier sang – Amélie NOTHOMB

13 septembre 2021

Dans ce roman, Amélie Nothomb se glisse dans la peau de son père Patrick, de son enfance en Belgique à sa carrière de diplomate et son premier poste de consul au Congo et à la dramatique prise d’otages qu’il y vécut.

C’est avec sa fantaisie habituelle qu’elle nous offre une plongée dans l’univers « surréaliste » de la famille Nothomb dans un sinistre château des Ardennes dans les années 40.

Y vit une tribu de sauvageons qui grandissent sans règles, en guenilles et affamés autour de leur père, baron et poète fantasque. Derrière l’humour avec lequel sont dépeintes les aventures de Patrick, on ressent l’admiration et la tendresse que l’auteur portait à son père récemment disparu.


Des diables et des saints – JEAN-BAPTISTE ANDREA

30 juin 2021

Mais pourquoi donc le vieux Joseph gâche-t-il son talent de pianiste sur des pianos publics dans les gares et les aéroports ?

Il semble guetter quelqu’un, indéfiniment…

Des décennies auparavant, le 2 mai 1969 à 18h14, sa vie a basculé quand l’avion à bord duquel voyageaient ses parents et son insupportable sœur, s’est écrasé.

Il avait alors 15 ans, et a été envoyé à l’orphelinat Les Confins dans les Pyrénées. Et c’est là que tout va se jouer…

Entre les mauvais traitements du surveillant général et de l’abbé qui dirige l’orphelinat, les amitiés inoubliables avec d’autres enfants meurtris par la vie comme lui, Rose et le cœur qui s’affole pour la première fois, et surtout les souvenirs des cours de piano que lui donnait son vieux maître dans sa vie d’avant…

Magnifique roman, très touchant, à la fois dur et musical.


Le dernier enfant – Philippe BESSON

24 mars 2021

Dans ce roman tout en nuance et en délicatesse, nous accompagnons Anne-Marie dans une journée bouleversante de sa vie de mère, le départ de la maison de son dernier enfant.
C’est à la fois banal, son dernier fils quitte le nid familial pour suivre ses études, et déchirant car Anne-Marie vacille.
Chaque détail de cette journée du déménagement de son fils l’entraîne sur le chemin des souvenirs et de la nostalgie.
Philippe Besson est admirable de justesse dans son portrait de la douleur de cette maman qui se retrouve vidée de sa substance.
Très émouvant !


Le train des enfants – Viola ARDONE

24 mars 2021

1946 : Amerigo a 8 ans, il vit sans tendresse à Naples avec sa mère dans la misère d’après-guerre.
Le parti communiste, dans sa bataille contre la faim et la pauvreté, organise un train pour envoyer ces enfants pauvres dans des familles aisées du nord de l’Italie le temps d’un été.
C’est pleins d’appréhension qu’Amerigo, Tommasino et les autres vont parcourir les centaines de kilomètres qui vont leur ouvrir les yeux sur un autre monde.
Amerigo va découvrir la chaleur d’une vraie famille, l’initiation à la musique…
Le retour à la vie d’avant sera difficile.
Faut-il être loyal à sa famille de naissance à tout prix ?
Un roman très touchant !


Ame brisée – Akira MIZUBAYASHI

8 février 2021

Tokyo, 1938 – Yu le japonais, violoniste amateur, répète un morceau de Schubert avec 3 étudiants chinois restés au Japon malgré le conflit sino-japonais, lorsque des soldat japonais font irruption et embarquent le quatuor après avoir brisé sauvagement le violon de Yu.

Kurokami, un lieutenant humain et mélomane a bien tenté d’intercéder, mais en vain.

Un enfant dissimulé dans une armoire a vu toute la scène, c’est Rei le fils de Yu. Il ne reverra jamais son père dont ne lui restent qu’un livre et le violon détruit.

Ce violon brisé est le fil conducteur du roman puisque toute sa vie Rei voudra lui redonner sa splendeur passée.

Un roman plein de délicatesse et de sensibilité, construit comme un conte et écrit en français par son auteur japonais. Magnifique !


Génération offensée – Caroline FOUREST

20 janvier 2021

Dans cet essai passionnant, Caroline Fourest dénonce un phénomène très inquiétant surtout observé aux USA, mais qui commence aussi à se faire sentir en France. Il s’agit du reproche d’appropriation culturelle.
Tout est prétexte à être offensé : Seul un noir pourrait parler de racisme, seul un acteur homosexuel pourrait jouer un rôle d’homosexuel, seul un professeur d’origine indienne pourrait évoquer l’histoire des indiens…
Cela peut paraître anecdotique, mais aux Etats-Unis des professeurs d’université ont dû démissionner ou présenter des excuses publiques bien humiliantes, des chanteuses blanches se sont vu insultées pour avoir osé porter des tresses africaines…
Il s’agit d’un mouvement de pensée, presque une idéologie, qui dérive des mouvements anti-racistes et qui rend tout débat quasiment impossible tellement il y a d’intolérance et de refus d’échanger.
Un essai court qui donne à réfléchir.


Là où chantent les écrevisses – Délia OWENS

26 novembre 2020

1952 : Kia vit avec sa famille dans une cabane sans confort au cœur d’un marais côtier de Caroline du Nord aux Etats-Unis, jusqu’à ce qu’à l’âge de 6 ans, la mère les abandonne sans se retourner, suivie de près par les frères et sœurs de Kia.
Ils fuient tous la violence du père, qui lui-même finira par la quitter définitivement, la laissant à peine âgée de 10 ans.
Elle vit là comme une sauvageonne au cœur d’une nature qu’elle connaît parfaitement, vivant du troc de sa pêche, rusant pour échapper aux services sociaux, et préférant la compagnie des goélands et des hérons à celle des habitants de la petite ville côtière de Barkley Cove. Seuls, Jumping un vieux noir bienveillant et Tate un adolescent timide qui lui apprendra à lire, lui témoignent de l’affection.
Parallèlement, on suit l’enquête, en 1969, sur la mort du jeune et beau Chase, retrouvé mort dans le marais, et qui un temps courtisa Kia.
Les deux récits s’entremêlent avec virtuosité, ce roman est un véritable hymne à la Nature, à la liberté, à la force que chacun a en soi.
Une écriture riche et précise, un grand roman !


Il est des hommes qui se perdront toujours – Rébecca LIGHIERI

16 octobre 2020

Ce roman social très sombre nous plonge dans la cité fictive Antonin Artaud dans les quartiers nord de Marseille entre les années 80 et 2000.
Le narrateur Karel y vit avec sa famille, ses parents paumés et drogués, sa sœur et son petit frère infirme martyrisé par le père.
Leur enfance est abominable et c’est dans un camp de gitans sédentarisés voisin de la cité que les 3 enfants vont trouver un peu d’amour et de fraternité.
Le roman s’ouvre sur la mort du père.
Qui a tué ce monstre ?
Se remet-on jamais d’une enfance brisée…
Un roman coup de poing qui se lit d’une traite.