Il est des hommes qui se perdront toujours – Rébecca LIGHIERI

Ce roman social très sombre nous plonge dans la cité fictive Antonin Artaud dans les quartiers nord de Marseille entre les années 80 et 2000.
Le narrateur Karel y vit avec sa famille, ses parents paumés et drogués, sa sœur et son petit frère infirme martyrisé par le père.
Leur enfance est abominable et c’est dans un camp de gitans sédentarisés voisin de la cité que les 3 enfants vont trouver un peu d’amour et de fraternité.
Le roman s’ouvre sur la mort du père.
Qui a tué ce monstre ?
Se remet-on jamais d’une enfance brisée…
Un roman coup de poing qui se lit d’une traite.

Laissez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :